La consommation en veille, c’est un peu comme le sel dans les aliments, on sait qu’il faut y faire attention, en consommer moins parce que ce n’est pas très bon pour la santé, mais en même temps il se cache partout et on ne sait pas trop comment faire… Il est temps qu’on vous explique plus en détail ce qu’est la consommation de veille et ce qu’on peut faire pour l’identifier et la baisser.

 

Qu’entend-on par veille ?

Tout d’abord, parlons technique. 👽 Il est rare que je le fasse, mais j’ai plusieurs fois eu la question, donc éclaircissons le sujet. La veille d’un appareil est l’électricité qu’il consomme tout de même, bien qu’il ait été éteint. Elle se justifie pour certains appareils pour permettre de réagir à des commandes immédiates : par exemple, une plaque de cuisson semble éteinte, mais en réalité, elle ne l’est pas totalement, ce qui permet de la rallumer seulement en touchant un des boutons tactiles, ou bien pour alerter l’utilisateur lorsqu’un objet indésirable est posé dessus. Pour des appareils comme le lave-linge, la veille peut permettre de prévenir des fuites d’eau. Nous utilisons le terme veille dans un sens plus large lorsque nous effectuons votre diagnostic de consommation d’électricité. Pour nous, la veille inclut les appareils qui consomment sans que vous ne puissiez agir dessus directement. Il s’agit du réfrigérateur par exemple : on ne peut pas le débrancher (enfin, si, on pourrait, mais au détriment de notre propre confort ou sécurité alimentaire) et il consomme toute la journée. Dans le jargon technique, on appelle cela en réalité le talon de consommation. 🤖 Nous entendons donc par consommation de veille, toute utilisation d’électricité par des appareils qui sont en quelque sorte indépendants de votre action : une machine qui reste allumée toute la journée, la box qu’on n’éteint jamais, le chargeur de téléphone qu’on laisse branché par confort, etc. Il est possible d’agir sur cette consommation de veille et de baisser ainsi votre consommation journalière régulièrement. Ainsi au final, l’économie sur votre facture ne sera pas négligeable.

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité,
elles sont dans votre bilan en ligne !

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité, elles sont dans votre bilan en ligne !

En théorie, entre 10% et 15 % de votre consommation d’électricité

Nous sommes de plus en plus équipés d’appareils en tous genres. Selon l’ADEME, la consommation d’électricité de nos petits appareils électroménagers a doublé en 20 ans. Bien que les fabricants d’électroménager portent une attention particulière à la consommation cachée de leur produits et que les nouveaux appareils sont de plus en plus sobres énergétiquement, leur multiplication dans nos foyers explique cette hausse. L’ADEME estime que la veille représente environ 10% de la consommation d’électricité totale (hors chauffage). Mais par expérience, cela n’est pas vrai pour tout le monde. Merci à nos chers utilisateurs qui nous permettent d’en apprendre davantage chaque jour sur les particularités de la consommation d’électricité ! ❤️ Pour certains, la consommation de veille est beaucoup plus élevée et pour d’autres, elle l’est beaucoup moins, et c’est normal !

 

La consommation de veille des foyers similaires

Pour comparer ce qui est comparable, nous comparons votre consommation de veille aux foyers qui sont similaires au vôtre. Même si cela est beaucoup plus précis que de comparer à une moyenne française, il n’en reste pas moins qu’il existe beaucoup de critère qui permettent d’affiner davantage la comparaison. Voici quelques pistes ci-dessous pour évaluer la “normalité” de votre foyer.

 

Critère 1 : le chauffage

Notre définition de la veille est donc très dépendante de la manière dont vous chauffez votre logement, une très grosse partie de la consommation d’électricité étant allouée au chauffage pour les logements équipés en tout électrique. Si vous vous chauffez au gaz, votre consommation de veille sera bien entendu beaucoup moins élevée que les foyers qui se chauffent à l’électricité. À moins d’être équipé de thermostats intelligents, on n’a pas tous le réflexe de baisser ou couper son chauffage lorsqu’il n’y a plus personne chez soi.

 

 

 

 

 

Critère 3 : la taille du logement

La taille du logement est également un critère à prendre en compte. Il est naturel qu’un logement très grand soit équipé de plus d’appareils électriques qu’un petit logement. La consommation en veille sera donc plus élevée.

 

 

 

 

Critère 5 : l’électroménager qui reste branché

Cette fois, on parle des appareils qu’il faut laisser branchés pour leur bon fonctionnement, pour des questions d’hygiène ou de confort. On pense principalement au réfrigérateur ou encore à la box internet. Pour ceux-là, on n’y peut – presque – rien, alors on a tout intérêt à faire de bons choix au niveau efficacité énergétique et penser au long terme.

 

 

Critère 2 : l’activité dans le logement

Si vous travaillez de chez vous et que votre logement est constamment en activité, il est normal que votre consommation de veille soit beaucoup plus élevée qu’un logement occupé principalement le matin, le soir et la nuit. Notez qu’un pourcentage de veille élevé par rapport à votre consommation totale, n’est pas forcément alarmant. Il y a deux cas pour lesquels cela est normal : Il y a en permanence quelqu’un dans votre logement, qui y reste toute la journée, qui y travaille. L’électricité étant utilisée en permanence, le pourcentage par rapport à la consommation totale sera sans surprise élevée sans qu’il y ait un dysfonctionnement. Dans la même idée, un logement occupé par des personnes qui y sont peu souvent et qui n’y sont pas très actives, aura une consommation de veille par rapport à la consommation totale d’électricité, très élevée. Ça peut être le cas par exemple pour un étudiant qui passe ses journées en cours et ses soirées à l’extérieur : il rentre seulement pour prendre sa douche et se coucher. Il n’utilise donc son électricité que pour la veille, elle représente une très grosse part de sa consommation d’électricité totale, mais reste tout de même normale.

Critère 4 : les équipements qui restent branchés

On parle ici essentiellement du petit électroménager qu’il n’est pas forcément nécessaire de laisser branché à longueur de journée. Si vous avez par exemple une superbe cuisine avec tous les appareils type yaourtière, machine à café, machine à gaufre, mixeur, centrifugeuse etc. et que vous les laissez tous branchés inutilement, il est logique que votre consommation de veille soit élevée. On laisse tous notre chargeur de téléphone branché 24h sur 24h, sa consommation de veille est ridicule, mais si on le cumule avec d’autres appareils, cela commence à peser sur la facture.

 

Critère 6 : ancienneté et état de l’équipement

Les fabricants d’appareils électroménagers ont pris conscience du poids de la consommation en veille que les appareils représentent pour leurs clients. Ils conçoivent aujourd’hui des produits plus performants et plus sobres. Aussi, il peut être plus intéressant, si vous êtes encore équipés de vieux électroménagers, de les échanger pour de nouveaux qui vous permettront de consommer moins d’électricité et de faire de réelles économies sur le long terme. Parfois la rentabilité entre le prix d’achat et la consommation d’électricité s’amortit rapidement. Surveillez également l’état de vos appareils. En cas de dysfonctionnement, ils peuvent engendrer une surconsommation en veille. Pour cela, entretenez-les. Dépoussiérer les grilles d’aérations ou dégivrer un frigo peut se révéler redoutablement efficace !

Nos conseils

Pour résumer, voici une petite check-list qui vous permettra d’agir sur votre consommation en veille :

  1. Différenciez les veilles nécessaires des veilles inutiles et débranchez les veilles inutiles.
  2. Halte à la flemme, on peut débrancher un appareil qui ne fonctionne pas en permanence et le rebrancher plus tard quand on en aura vraiment besoin, sans perdre un bras. Un peu d’exercice n’a jamais fait de mal à personne.
  3. On aura beau répéter, ça reste vrai, la multiprise à interrupteur fait des merveilles !!!
  4. Entretenez vos appareils qui fonctionnent en permanence : un bon dégivrage, coup d’aspirateur sur grilles d’aération et nettoyage et ils vous remercieront !
  5. Remplacer vos vieux appareils énergivores, l’amortissement en coût d’électricité sera vite atteint.
  6. Faites attention à l’étiquette énergétique à chaque fois que vous achetez un nouvel appareil.
  7. Baissez votre chauffage lorsque vous n’êtes pas là et la nuit lorsque vous dormez.
  8. Une box internet peut très bien se débrancher en journée s’il n’y a personne pour l’utiliser et si vous n’avez pas besoin du téléphone.
  9. Identifiez les disjoncteurs du panneau électrique pour couper le courant où il n’y en a pas besoin rapidement avant de sortir et pour les rallumer en rentrant peut être une habitude très économique à prendre.
  10. Croyez moi, on n’est pas obligé de vivre sans confort pour consommer moins d’électricité, il suffit de prendre de bonnes habitudes ! C’est à la portée de tout le monde !

 

Bonus !

Vous souhaitez identifier un peu plus votre consommation de veille ? Je vous propose un petit exercice par ici.

Et si vous voulez aller plus loin pour mesurer la veille de vos appareils électriques, il existe des wattmètres en vente dans le commerce. Ils ne sont pas très chers, se branchent entre la prise de l’appareil et la prise de courant et permettent de mesurer la consommation. Vous verrez immédiatement si en veille il continue de fonctionner. Si vous n’avez en fait rien compris à tout ce que je viens de vous raconter parce qu’en fait, vous n’avez aucune idée de ce qu’est votre consommation de veille, je vous invite à demander votre diagnostic de consommation d’électricité avec Wivaldy ! N’hésitez pas à me poser vos questions si besoin.

À bientôt !

Norida Co-fondatrice

Analysez votre consommation d’électricité

Ajustez vos options, identifiez les sur-consommations et maîtrisez votre budget. Gratuit si vous êtes équipé d’un compteur communicant.

Analysez votre consommation d’électricité

Ajustez vos options, identifiez les sur-consommations et maîtrisez votre budget. Gratuit si vous êtes équipé d’un compteur communicant.

Ça vous intéressera aussi :

Share This