L’été arrive, les 30°C au thermomètre sont de plus en plus réguliers. Pour survivre au réchauffement climatique à la chaleur, vous êtes sûrement équipés d’un ventilateur mais vous songez peut-être à investir dans un climatiseur ? En effet, cet équipement est de plus en plus accessible financièrement. Les modèles des climatiseurs réversibles vous permettent même de rentabiliser l’investissement tout au long de l’année en se transformant en chauffage pour l’hiver. Pour vous aider à prendre votre décision, on vous fait un petit récap’ de ce qu’il faut savoir, en terme de consommation électrique mais aussi en terme d’impact sur l’environnement.

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité,
elles sont dans votre bilan en ligne !

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité, elles sont dans votre bilan en ligne !

Climatiseur, un budget de plus en plus accessible

La climatisation a été longtemps un équipement dispendieux, réservée aux lieux publics et aux entreprises. Même si elle n’est pas encore totalement répandue partout, on est de plus en plus habitué à son utilisation. Il suffit d’observer l’automobile qui intègre quasiment la clim dans ses équipements de base. Les climatiseurs investissent de plus en plus nos logements, surtout dans le Sud de la France où ils sont indispensables pour profiter du beau temps méditerranéen.

Cette situation est rendue surtout possible grâce à un prix d’équipement de plus en plus abordable pour les particuliers. On peut en effet dès 300€ profiter d’un appareil qui souffle un air frais chez soi. À ce prix-là, il s’agit d’un climatiseur mobile d’appoint qui ne nécessite pas encore des travaux conséquents d’installation.
Les climatiseurs les plus efficaces quant à eux, sont des modèles fixes en deux parties, composés d’un compresseur installé à l’extérieur du logements, relié à un bloc intérieur qui ventile la pièce choisie. On les trouve à partir de 900€ hors frais de pose par un installateur spécialisé. Le prix peut ensuite grimper beaucoup plus en fonction du nombre de pièces où l’on souhaite installer un bloc fixe, relié selon la disposition à un ou plusieurs compresseurs extérieurs.
Dans tous les cas et pour tous ces budgets, il est possible de rafraîchir l’air intérieur jusqu’à 16°C.

Impact de la climatisation sur l’environnement

Même si le climatiseur est financièrement de plus en plus abordable, il n’en reste pas moins une grosse question d’un point de vue écologique. Un long rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie de mai 2018 met en lumière le problème grandissant de la clim et de son impact environnemental.

L’AIE souligne dans son rapport que la moitié des climatiseurs en service se trouvent actuellement aux États-Unis et en Chine. Le plus effrayant reste que sur les 2,8 milliards de personnes vivant dans les lieux les plus chauds de la planète, seuls 8% sont équipés de climatiseurs. Une perspective de développement de ces équipements gigantesque pour les années à venir. De 1,6 milliards de climatiseurs aujourd’hui, on passerait à 5,6 milliards dans le monde entier, en 2050. Soit 10 climatiseurs vendus par seconde pendant les 30 prochaines années. Ce taux d’équipement futur nécessiterait l’équivalent de la production d’électricité des États-Unis, de l’Europe et du Japon cumulés pour les faire fonctionner !! Si on ne veut pas être contraint de construire davantage de centrales électriques pour les alimenter et si l’on veut réduire leur émission de gaz à effet de serre, l’AIE préconise de se pencher et de développer dès aujourd’hui leur efficacité énergétique.

L’Europe est encore loin des taux d’équipement en climatiseur, des pays en tête de la liste de l’AIE, avec environ 40% des ménages équipés, loin derrière le Japon à 91% ou les États-Unis à 90%. En France, on compte selon l’ADEME, 961.000 logements équipés, soit un taux de 3,1%. Ridicule peut-être face aux gros pays consommateurs, mais il existe une perspective de développement futur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous vous posez la question et ce qui explique que vous êtes en train de lire cet article ! 😉

Pour en revenir aux conséquences beaucoup plus perceptibles du développement des climatiseurs à notre échelle, le CNRS a estimé que l’air chaud rejeté par les climatiseurs causaient à Paris une hausse de température d’environ 0,25°C à 2°C. 😰

 

Comment choisir son climatiseur ?

S’il n’est pas très agréable de se trouver à proximité d’un bloc compresseur de climatiseur (pour le bruit moins que pour la chaleur qui est rejetée, quoi qu’on hésite…), il ne faut pas non plus oublier de prévoir la dépense énergétique. Il faut en effet s’attendre à une dépense dix fois plus élevée qu’avec l’utilisation d’un ventilateur électrique. C’est le prix du confort !
Avant de vous exposer plus en pratique le coût d’utilisation d’un climatiseur, savez-vous quel type de climatiseur vous allez choisir ?

Le climatiseur mobile

Le climatiseur mobile est le modèle le plus abordable. Il est constitué d’un seul bloc que l’on peut déplacer selon ses besoins d’une pièce à une autre. Il a l’avantage de répondre ponctuellement au besoin d’air frais. Parfait donc pour les logements qui ne se situent pas dans des zones où il fait chaud tout au long de l’année. La clim mobile est également très abordable en terme de tarif : on peut en trouver à partir de 300€. De plus, il n’est pas nécessaire de procéder à des travaux d’installation pour son utilisation. Un entretien régulier et une utilisation dans des conditions optimales sont suffisants.
L’inconvénient du climatiseur mobile est son efficacité. D’une part à cause de son système compact limitant sa puissance. Pour des pièces de 20 à 30 m2 il sera très suffisant. Au-delà, il sera moins efficace. D’autre part, le climatiseur mobile, du fait de son système de refroidissement pose des logiques. Il est en effet constitué d’un seul bloc qui compresse l’air, le ventile et l’évacue. Aussi, il faut le placer à proximité d’une fenêtre ou d’une porte pour passer le tuyau servant à évacuer l’air chaud rejeté. À partir de là, on peut se poser la question de laisser une ouverture non étanche où l’air chaud entre, tandis que l’appareil s’efforce de rafraîchir l’air.
Autre inconvénient de la clim mobile, le bruit du compresseur qui n’est pas à négliger si vous souhaitez vous prélasser tranquillement chez vous pour fuir la chaleur extérieure. Son niveau sonore est d’environ 65 décibels, soit un peu plus bruyant que la moyenne des aspirateurs…

Le climatiseur fixe

Le climatiseur fixe est composé de deux parties. Une fixée sur un mur à l’intérieur qui permet de ventiler l’air frais produit. Elle est reliée par un tuyau à l’autre partie qui se trouve à l’extérieur, où se trouve le compresseur. C’est par là que l’air chaud est évacué. Les deux inconvénients du climatiseur mobile sont ainsi résolus : l’étanchéité de l’installation garantit à l’air chaud de rester à l’extérieur, tandis que le bruit du compresseur ne parvient pas (ou peu) à l’intérieur.
Le climatiseur fixe peut-être monobloc (aussi appelé split) ou multi-split. Il est monobloc si le compresseur à l’extérieur est relié directement à un seul bloc ventilateur à l’intérieur. Il est multi-split si le compresseur extérieur est relié à plusieurs blocs ventilateurs à l’intérieur. C’est le cas si vous souhaitez installer des climatiseurs dans plusieurs pièces, reliés à un seul compresseur extérieur.
Les climatiseurs fixes sont plus chers que les climatiseurs mobiles. On peut en trouver à partir de 900€. Mais attention, du fait d’une installation plus conséquente pour votre logement (liaison en tuyau des deux blocs intérieur et extérieur), il faut compter un coût d’installation par un installateur agréé. C’est un spécialiste des fluides frigorigènes qui garantit l’installation auprès du constructeur. Il est également chargé du test d’étanchéité et des essais préalables à la mise en service. En moyenne il faut compter 3500€ tout inclu, plus ou moins selon le nombre de splits et la distance entre les blocs qu’il faut installer.

Le climatiseur inversé

Quelque soit le modèle que vous allez choisir (mobile, fixe, monobloc, multi-split) vous avez également la possibilité de choisir un modèle inversé (qu’on appelle aussi réversible), c’est à dire que le climatiseur produit du froid pour l’été mais sera capable de produire du chaud en hiver. Vous pouvez ainsi rentabiliser son utilisation tout au long de l’année au lieu d’avoir un appareil pour produire du froid et un autre pour produire du chaud. Les modèles de clim réversibles sont un peu plus chers que les modèles capables de produire uniquement du froid.
Cependant, il faut faire attention à la consommation énergétique de ce genre d’appareil qui n’est pas forcément plus efficace que deux appareils ayant chacun leur propre fonction.

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité,
elles sont dans votre bilan en ligne !

Bilan électrique Wivaldy

Ne cherchez plus vos économies d’électricité, elles sont dans votre bilan en ligne !

Climatiseur, quel impact sur la facture d’électricité ?

Abordons à présent le sujet plus fâcheux de la facture d’électricité. En pratique, combien coûte l’utilisation d’un climatiseur ? Pour donner un peu plus de sens aux chiffres que nous allons vous présenter, nous allons prendre le parallèle avec l’utilisation d’un ventilateur électrique.

Dimanche, 28°C à Paris. Autant dire, une chaleur étouffante lorsqu’on est dans une grande ville. D’autant plus lorsqu’on habite sous les toits, comme c’est mon cas. Aussi, il a été nécessaire de sortir le ventilateur électrique qui dormait dans le placard depuis l’été dernier. Il s’agit d’un modèle type colonne oscillante, prix d’entrée de gamme à 30€, pas d’une marque connue. Le basic dans lequel on investit en dernier ressort lorsqu’on n’utilise ce type d’appareil que peu de jours dans l’année.

Dimanche soir, j’ai donc dormi toute la nuit avec mon ventilateur allumé. Le lendemain, en regardant la consommation engendrée par cet appareil, on observe une moyenne de 109 Watts par heure. Soit 654 Wh pour 6h de fonctionnement cette nuit.

Prenons maintenant un petit climatiseur mobile trouvé dans une grande enseigne d’électroménager. Pour une petite pièce, nous choisissons un climatiseur d’une puissance raisonnable, à 2600 Watts, suffisant pour une pièce jusqu’à 25 m2. Il coûte environ 350€. L’étiquette énergétique fournie par le fabricant indique que sa consommation est de 1000 Watts pour une heure d’utilisation. À temps d’utilisation équivalent à mon ventilateur électrique, il aurait consommé 6000 Wh.
Vous me direz qu’un climatiseur ne s’utilise pas en continu contrairement au ventilateur puisqu’il est incomparablement plus efficace. Soit. Admettons qu’au lieu de 6 heures, on ne l’utilise que 3 heures. Cela reste une consommation de 3000 Wh.

Même exercice pour un climatiseur fixe composé de deux parties (une à l’intérieur et l’autre à l’extérieur). Là, l’exercice est un peu plus compliqué. L’étiquette énergétique du fabricant est beaucoup moins explicite. Il est question pour ce genre de modèle monobloc (aussi appelés splis) qui coûtent en moyenne 1200€, d’une consommation annuelle théorique annoncée d’environ 210 kWh (210 000 Watts). La consommation pour 1 heure qui nous intéresse pour la comparaison n’est pas explicitée.
Aussi, nous avons fait appel pour illustrer notre propos à l’un de nos utilisateurs (coucou Nicolas 👋) équipé récemment d’une climatisation inversée (dit aussi réversible). Il utilise un climatiseur multi-split (donc pour 2 pièces) dans son logement. Selon ses mesures, son climatiseur consomme en moyenne 800 Watts à l’heure. Une utilisation de 3 heures consommerait dont 2400 Wh.
De manière peu surprenante, une clim fixe (pourtant multisplit) consomme moins qu’un climatiseur mobile. Une climatisation fixe est effectivement beaucoup plus performante qu’un climatiseur mobile (moins de déperdition de chaleur, réglages optimaux comme la détection de présence, entre autre).

Supposons une utilisation de 6 heures par jour en moyenne pendant 3 mois, voici un comparatif des coûts d’utilisation de ces trois appareils :

 Maintenant vous savez à quoi vous attendre en terme de dépense sur votre facture d’électricité en fonction du type d’appareil que vous choisirez.

Notre point n’est pas de démontrer qu’il vaut mieux un ventilateur (aucunement efficace à produire du froid contrairement aux climatiseurs), mais plutôt de vous préparer à une hausse significative de votre consommation d’électricité si vous passez de l’un à l’autre.

 

Ventilateur ou climatiseur, sont-ils faits pour vous ?

Maintenant, nous avons quelques conseils très simples pour vous aider à faire votre choix :

Le ventilateur est fait pour vous si :

  • vous en faites une utilisation très ponctuelle pour vous rafraîchir
  • vous n’êtes pas prêt à faire un investissement conséquent pour une utilisation dérisoire

Les modèles aujourd’hui sont silencieux et peuvent être très performants (on pense au fameux modèle qui ressemble à une porte de Stargate).

Le climatiseur mobile est fait pour vous si :

  • vous souhaitez une solution beaucoup plus efficace qu’un ventilateur
  • vous ne souhaitez pas faire de travaux
  • vous ne souhaitez pas y consacrer un gros budget
  • vous êtes prêt à supporter son bruit
  • vous pouvez le placer dans un endroit où vous pouvez faire évacuer l’air chaud à l’extérieur

Vous pouvez le ranger pendant l’hiver ou le déplacer d’une pièce à une autre.

Le climatiseur fixe est fait pour vous si :

  • vous cherchez la super efficacité
  • vous habitez dans un lieu où la chaleur est vraiment insupportable
  • vous voulez faire un réel bon investissement pour votre confort

Envisagez de le prendre en option réversible pour rentabiliser son utilisation tout au long de l’année si vos hivers ne sont pas trop rudes.
Étudiez bien la configuration de votre logement pour dimensionner votre équipement selon la taille des pièces et les raccordements des différents splits vers le compresseur extérieur.

 

Voilà, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour choisir de passer un bel été confortablement selon tous vos critères.
N’oubliez pas, si vous souhaitez garder un oeil sur les dépenses énergétiques de ces appareils ou anticiper leur consommation en temps réel pour éviter les désagréments d’une hausse de votre facture d’électricité, demandez-vite votre diagnostic de consommation d’électricité Wivaldy !

Analysez votre consommation d’électricité

Ajustez vos options, identifiez les sur-consommations et maîtrisez votre budget. Gratuit si vous êtes équipé d’un compteur communicant.

Analysez votre consommation d’électricité

Ajustez vos options, identifiez les sur-consommations et maîtrisez votre budget. Gratuit si vous êtes équipé d’un compteur communicant.

Ça vous intéressera aussi :

Norida co-fondatrice de Wivaldy

Co-fondatrice de Wivaldy.
J’étais comme vous, je n’y connaissais pas grand chose. Mais en faisant de la consommation d’électricité mon métier, j’ai découvert un sujet passionnant que j’aimerais partager avec vous. Suivez-moi dans l’aventure Wivaldy.

Share This